samedi, 23 septembre, 2017
Accueil » Automobile » NVidia dévoile Parker, son processeur pour voitures connectées… et autonomes

NVidia dévoile Parker, son processeur pour voitures connectées… et autonomes

nvidia-drive-px-2-parker

Le spécialiste des cartes graphiques NVidia continue ses efforts pour percer le marché automobile. Il dévoile ainsi Parker, sa nouvelle puce mobile pensée spécifiquement pour une utilisation au sein des véhicules connectés… et pour le deep learning, véritable moteur du véhicule autonome.

Le concepteur de cartes graphiques NVidia a annoncé le 22 août une nouvelle puce mobile dénommée Parker. Elle équipera notamment la carte de calcul dédiée à l’industrie automobile Drive PX 2, que l’entreprise avait présentée au CES en début d’année. Car si NVidia poursuit ses efforts dans le domaine des puces mobiles, il n’a pas su s’imposer sur le marché très concurrentiel des smartphones, et s’est recentré sur d’autres secteurs.

LA VOITURE AUTONOME EN LIGNE DE MIRE

Le plus médiatisé est sans conteste celui de la conduite autonome, NVidia comptant sur son expertise dans la conception de GPU pour truster le marché. En effet, l’importante parallélisation des architectures de processeurs graphiques les rend particulièrement adaptés au traitement d’algorithmes de deep learning. En conséquence, Parker dispose d’une puissance de calcul de 1,5 teraflops, soit des performances 50 à 100 fois supérieures à celles d’autres puces mobiles, d’après NVidia. Ce System-on-a-Chip réunit entre autres deux CPU Denver 2.0, quatre CPU ARM Cortex A57, et un GPU à 256 cœurs CUDA basé sur l’architecture Pascal.

REMPLACER LES SYSTÈMES EMBARQUÉS TRADITIONNELS

Pour mieux convaincre les fabricants automobiles, NVidia met en avant les capacités de virtualisation de Parker, qui lui permettent de faire tourner jusqu’à huit machines virtuelles en même temps. Cela signifie qu’une seule puce peut gérer huit systèmes différents, et donc remplacer huit systèmes embarqués distincts (infotainment, capteurs, instruments, aide à la conduite…). En l’occurrence, la carte Drive PX 2 comporte deux puces Parker ainsi que deux GPU distincts, qui lui permettent d’effectuer 24 000 milliards d’opérations de deep learning à la seconde. NVidia estime que ces capacités de calcul, combinées à une connexion à un cloud dédié, rendront possible une conduite autonome sur tout type de routes et dans toutes les situations.

DÉJÀ 80 PARTENAIRES

NVidia a déjà conclu un partenariat avec Volvo (annoncé au CES en janvier) pour l’utilisation de la Drive PX 2 dans son SUV XC90, mais précise aujourd’hui que plus de 80 constructeurs, équipementiers et centres de recherche universitaires utilisent d’ores et déjà la carte. En matière de connectivité, la carte est équipée d’un double port CAN pour les systèmes électroniques du véhicule et d’un port Ethernet pour le son et la vidéo (Parker peut matériellement encoder et décoder un flux vidéo en résolution 4K à 60 Hz). Côté sureté, la Drive PX 2 est certifiée ISO 26262.

Source

Cet article pourrait vous intéresser

Les meilleurs modèles économiques applicables aux objets connectés

Les objets connectés pullulent. Sans modèles économiques adaptés, ils ne risquent pas de faire long …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *